HIMALAYAN ODYSSEY TRIP

Since our first meetings, this magnificent environment wich is Himalayas, had decided us definitely to follow the tracks of the forerunner in this domain, John Sylvester. Cover the biggest distance possible with a paraglider and its essentials of survival in an Himalayan bivouac-flight without assistance, exeption made for the unconvincing support of the locals inhabitants all along the way. After the flight of Luc Armand and the expedition ‘ Across Himalaya ‘ of Adie Kumar in 2009, we wanted to push the route at his maximum possible, ‘weather wise ‘ and also to perform as a team, favourishing the group options and prefer it to the speed and performance who can spread all of us kilometres apart.

ho1

Himalayas is colossal, from the ground, from the sky and even on the card, the biggest hilly system in the world stretches on 2400 Km betwin the Indian-Australo Plateaux and the Eurasian plateaux, with 8 of the highest summits on earth…. Separating more than ten countries. The North-West / South-East orientation of the chain is very favourable to free flying, political orientation of some of the ten countries, less favourable, to free flying.

The team at first is made up of two Indians, Dilip and Sanjay, a Spanish, Oriol, an Austrian, Mike, two Americans, Brad, Eric, and a french, myself. The more we were and the more would be « Challenging », why not? Departure is fixed on March 4th, but we take off the 9, time to check everybody, on weight and equipment on board. The idea of flying every day is not unpleasant, contrariwise, the idea of flying every day minimum 3 to 4 hours, is nice, the idea of taking all what you need to treat itself, to sleep well and eat well for a period of ten days minimum, it is already more complicated.

The bags elaboration  » gliders, houses « , is particular.W are using two type of harnesses Sup Air : The Altirando XP and the hybrid, both of them with cocon. Every big weight sit in the bottom of the harness, inside the air bag (electricity, food, water) In the back pocket, these are clothes, mattress and sleeping bag, rope and solar panels in therm of back protection…. The fly-instruments and camera are in front with the cockpit… The food is a learned mixture of 3/4kg of calorie under various forms and notably « DMP » (Powder of the Mother de Dilip based on spices, proteins , lentills …etc) can be cooked either sweet, either salted), two, three litres of water. My complete weight is 107 kg for 95 kg PTV maximum under my trango x-light. The load should diminish as we progress towards the southeast, towards heat and towards the lower relief and therefore towards less strong conditions also (I shall weight only 65 kg at the end of the odyssey).

h3

Day 1 - we leave Bir-Billing for a return ticket for Dharamsala, our real starting point. The group becomes divided into two party and we camp in the mountain with 20 Km of difference. In all, Never more than three days without the entirely team being united for night. Sometimes conditions or chosen progressions separate us from some transitions and some people join the others on foot or by flight the following day.

Lynn, Graham and Manoj, our coordinators and web master played an essential role with Internet and the Spot systems, allowing them to follow our direct traces and send us the coordinates GPS of the one apart.

We flew all together, the next three days and let behind Bir-Billing a l’ouest by passing the river Bias, all strait to the East. The stay in Himachali villages is really warm and friendly, it s sometimes difficult to find a bit of lonelyness.

 

Jour 4-5- After flying down to give a hand to mike, who crash land after a nasty part, i find myself stuck in a valley wind, and loocking at Mike catching the thermal up again, i had to land in an horrible bottom of the valley. Oriol with his good spanish heart decide to stay with me. I joined him in an upper village after a two hours trek surrounded by thirty kids. The rest of the group finished the flight, 20 kms farther at the top of a hill.The day after, with the entire village, we climb up to 3400 m and took off, passed the inversion really fast till 4400m and went on, over taking the other group, till at take of, and push the way 87 km farther. We all met again the evening and spend the night in a Nepali familly, apple farmers. Dilip did not follow across the Spiti valley. He hurt himself without gravity the day after on a bad take off The adventure stopped there for him, in Himachal, 5 days after the start.

Rule n 1 / One never land alone.

h5

Day 8- having pass Yamunotri (sacred source of the river Yamuna), leaving Himachal Pradesh and the red rosebays, It’s Uttaranchal which receive us with its pink rosebays and very changeable conditions. I take my first massive collaps, it is a sign, the sky darkens and everything goes very quick. My radio breaks down, I m approaching Brad, in the cloud and shout « it s time to land, quick », it acquiesces and starts a strong spiral to go down; I follow him and the rest of the group imitates us. On the ground, it s already strong and we shall have all noticeable difficulties to finish the flight. Oriol and me land on a crest, 300 m above Mike and Sanjay, themselves 600 m above Brad and Eric. We meet at’ Baliar ’, small village of sheperds. Only six persons stay here in a year round.One of them, an old lady invites us to spend the night under the small porch(vegetal) of her home. Inside, a buffalo, two cows, a dog and three sheperds, a kitchen fire in the ground and a space to sleep. Outside a sheperd will stay up all night to protect the goats of frequent tiger attack. The food is very good, dhal, rices, wild spinaches, and a glass of sweet buffalo milk for dessert. We leave the village in the morning in joy but with the tears of the old lady, who pushes gestures to the Gods of the sky to protect his children of one day. Sanjay, hurted on one wrist of a previous slide in the trek, decide to stop here and walk down to civilisation, and later return to the far Mumbay.

 

Day 11-We pass the night has 3300m in a small cave (best bivouac) a little bit after Badrinath mountain. Oriol, Mike and me left our confortable home to go towards Nanda Devi (7460m). The former day, Eric being too low landed and Brad turn back to stay with him. They had the chance to land in a small city or an Indian pilot receives them well and bring them on a takeoff the morning after. Conditions were stable, but we succeed in staying above 3000 by scratching the relief. Oriol, choose a front line and lands down. Mike and me land at 3500 m at the foot of Trichul and Nanda Devi on a round and grassy summit. Brad and Eric arrive 2 hours later and Oriol, by foot 5 hours later, just in time for a good cup of DMP.

h6

Day 12,13,14-We fly southward, leaving high reliefs to go down to the frontier post of ‘ Bambassa ‘. After a nice 75 km flight in group, we have reached the camp of Shankar. Lynn, joined us for the last Indian stage and the two days of road until Nepal.

 

Day 17-18-two days since the boarder and still no takeoff within sight.The West Nepal is wooded and not very engaging. After a small col, I shout to the driver of the collective taxi to stop and we took 5 minutes to check the view. « That can work » We get ready on a small vertical Crest and Brad takes off first. His glider act strangely and without a turn, it takes up 1500 m strait, announcing us strong conditions and a 50 Km west wind above 3000 m. Mike takes off and he really had a hard job to keep control.of his glider (the forehead of West went down in the low coat) He managed to land 400 metres lower. We pack up the gear and go down to the closest village, a bit disappointed by our first days in Nepal. We shall learn 2 days later, together, that Brad finished this day by throwing his rescue after losing control of the wing, push by a strong wind on the lee-side of a crest, in thick threes, without damage. The following day, we take off for and fly for twenty kilometres, in, still a strong West wind . The wind has turn down at the take off and Eric cannot take off. The team is disperced over fifty kilometres around the Seti valley. One day later and after 6 hours of buses and 4 hours of trek, Eric takes off 1000 m underneath us and we fly along together until finding Brad at cloud base 20 kms farther. We all cross one of the windyest valley farther,and stop the flight at 3500 m all together on a small crest encircled with white rosebays.

h7

Day 19-21- At the foot of Daulaghiri, at 3400m, after passing the night in a cave, we wait for news of Oriol. It did not follow the former day having problems of radio and choosing a bad option, he land in a big valley low. The text of Lynn arrives « Oriol does not want to miss his plane and goes on the road in bus towards Pokhara » Two days later it is Mike’s turn which gets jammed in the bottom of valley in a strong valley wind, he walks 2 days before getting to a road. The adventure stop for them, at 200 km of Pokara.

 

Rule n 2/ The Most important in group it is to have clear communication with common decisions and common routes.

Day 21-24- We arrive to high massifs with Daulaghiri and in the distance Annapurnas. We are flying at about 80 Km/h and the wind becomes more and more strong. I get worried on the radio and we decide to enter into this valley in front of us to land high. After 86 Km, we meet the strongest conditions from the beguining. I look at the canopee of Brad and Eric, it is like mine, not often open. It becomes critical, to go up or to go down? I go for the top of the mountain and keep my wing in a violent 9,5 m/s (never taken so strong). Above a grassy summit at 3700, as soon as I release the accelerator, I fly backwards. I shout, the most important thing for me now, this is the ground, I want to go down, anyhow but especially not be in the sky anymore. I slip deliberately under the lee-side of a round relief with big ears, it works, (in a way), huge frontal massive, but the UP trango X-lite reacts well and I parachute on 15 m before ’ rolling down’ on the flourish soil of the mountain. I breath deeply for two minutes, and walk till the edge of the valley, the others are not any more in the sky. We communicate by radio and conclude of ‘ radio meeting ’ for the following day. They were on the ground « safe » 1200 m lower, in the valley. I find a s small sheperd house and get myself organized for the night. The following day, the storm blocks us for a day under snow. (that’s good luck, we had no more water) we walk two days towards Dorpatha and tast every « dhal bat » of the valley (local meal with rice and lentils), After 3 days of walk, we find a potential take off, east from the village of Dhorpatan.

 

Rule n 3 / weather forecast in Himalayas is complex and what can look good can be in fact horrible.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA 

Day 25-26- The first flying day after the strong wind gives us a good cloud base at 5200 m, and we stop the flight after 52 km in a strong breeze in front of our bigest obstacle : The Kaligandaki (huge valley separating the massif of Daulaghiri and Anapurnas, renowned windy) .The next day start slow and coditions let us cross the valley early by sliding from one relief to another, almost in dynamic. Suddenly, a thermal screw up the inversion and propulse me at 4810 m, I think to « the mont blanc », and decide to start a huge transition towards Pokhara. Brad and Eric, less lucky take the mountain road. I arrive high above the lake. The radio sings « Himalayan Odyssey for Lynn Jones, WELCOME GUYS, everybody’s waiting for you,here ». Brad and Eric arrive shortly afterwards , and That was the greatest moment ever in our life of adventurers : share the joy of return to civilization with friends and familly.

Pokara is also where Brad works the rest of the time. We spend some times with scott mason and discover Maya Devi and the parahawking center.We could experienced, only at once, the flight in compagny of a gipsy vulture. It was a great time, to rest, restaure our equipment and feed ourselves well, in a relaxing environement. The’ Buzz ‘ of the city and a very stable air mass keep us a good week in the town.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Day 34-38-Nepal is very green, at least in the mountains, and it is with soft conditions that we leave Pokara.Cloud bases do not exceed 3400 m and lift at 3m/s. The maximum visibility is 1 to 2 Km only, due to the humid air and smoke of fires. Nepalees sets slopes in fire traditionally and nobody knows why they make this, but it is a disaster for the environment. We progress slowly, guessing every transition, it is a new difficulty for us. Furthermore we cannot lost view of each others as the vision diminish more. We camp the first day at the foot of Manaslu and it is necessary now to pull more for the South, to avoid the dangerous zone of renowned Everest. Conditions change, the soil is drier and there is often the wind. Above the valley going to Lang Tang, I meet a confluence at 2800m, 1 m/s and only 5 km / h front of the At the ende of the day, we were Brad and me at 15 km of Eric, a little bit before Katmandou.

The following day after a treck check, we belong on a takeoff at 10 Km of Eric. It is the new year Nepalais we eat a succulent ‘ chowmein ‘ in a cafe while Eric already arrives in the sky above us. We take off, join him, and cross Katmandu, in the north. I m worrying on the radio as I can see the airport, and we are in the final. Brad, answers me that international flights leave in the morning early, and therefore we should be ok. The relief is lower and eric, master at flat land style flight land at the top of a small mountain at 1500 m. Brad and me are not high, and it will take a good two hours ride and treks to find Eric, confortably installed with the locals at 200 m of the next take off.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Day 39-40- The taylor of the village fixed and sewn up Brad’s sail, brilliantly. All the children came with us at the tale off. They have been all along the way , the best support ever.

Cloud bases are low, and very quickly the sky darkens. Half an hour later, ‘it is already limit and we decide to land in a small village at the top of a crest. In the rain, we enjoy one ‘ veg chowmein ‘ in a small local coffee and after the storm, we re-take off for a small 20 Km. The same thing, next day, high instability makes us land only 25 Km farther, in the village of Babu. It is a Nepalee pilot, champion of kayak, and first to cross the Nepal in tandem, a week before us. It is good karma to stop here and the population receive us with honours.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

 

 

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

 

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Day 42-46- Conditions get bad, and the wind push the instability away. we spend one more day in the village of Babu before being able to leave again. We are only 150 Km of the border of Sikkim and three good days would be enough to reach Sikkim boarder and today is looking well. But once in the air, the wind is strong with different directions at differents altitudes. We fly backwards from one relief to the other. Brad is 10 Km in front of and announces us 3700 m and 100km/h on the Gps. This becomes hot, it is necessary to land before the end of the day, before all this goes down in the low coat. After 56 Km I find a crest in a shelter and land followed by Eric later. Brad lend down and joins us by foot the same evening.

We walk two days according to the wind which was more than 100 Km/h from morning to evening.

I begin doubting of the journeys ahead, i also have only four days to leave the Nepal, and catch my plane off Delhi, before the Indian visa finishes. The next morning letting Brad and Eric, i leave by foot early for the South, decided to pass the south crest and anyhow, fly to a road. 5 hours of trecking later i arrive in another system weather forecast with cloud at 1400 m and a nice gentle wind of the East. I take off and join the first village with a big road after one hour of flight. I just arrive in time for the local bus to leave. The next day, i pass the Sikkim boarder, get my stamp and book a internal flight for Delhi.

Brad and Eric take off the same day trying to keep on the adventure, but conditions were still strong and they land apart of each other after a 30 km flight in horrible conditions. They join the next day and call it the Ende, at Bagdora airport, waiting a connexion for Katmandou.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Himalayan Odyssey ended

 

This is the 24 april 2010 and It is the ende of Himalayan Odyssey 2010 at 60 Km of Sikkim after a 1460 km course, unsupported, in team and everything in a total of 46 days with 26 days of flight, 7 days of walk and the rest betwin the boarder and Pokkarha

Biggest flight : 87 km, smallest 7 km, max hight 5200m, Biggest walk 2000m, diversity of peoples….huge, number of smiles met….thousands….

 

Antoine Laurens

 

************* VERSION FRANCAISE*******************

 

Himalayan odyssey 2010 (un pas historique)

Depuis nos premières rencontres, ce magnifique environnement qu’est l Himalaya nous avaient définitivement décide à poursuivre les traces du précurseur dans ce domaine, John Sylvester. Couvrir la plus grande distance possible avec un parapente et son nécessaire de survie en Himalaya, en vol bivouac sans assistance si ce n est l incroyable support des habitants de ces merveilleuses montagnes. Après le vol de Luc Armand et l’expédition ‘Across Himalaya’ d’Adie Kumar en 2009, nous voulions pousser le domaine de jeu a ses limites géographiques dans les mesure du légal ou du moins du “non dangereux”, mais aussi effectuer un vol différend, en équipe, privilégiant le groupe au profit des kilomètres.

L’Himalaya est gigantesque, du sol, du ciel et même sur la carte, Le plus gros système montagneux au monde s’étire sur 2400 Km entre la plaque Australo-Indienne et Eurasienne, avec 8 des plus hauts sommets sur terre….Séparant plus de dix pays, l’orientation Nord-Ouest /Sud-Est de la chaîne est très favorable au vol libre, l’orientation politique de certains des dix pays , beaucoup moins. Le terrain, énorme, difficile d’accès et les conditions aérologiques variées rendent le vol très engage.

L’équipe au départ se compose de deux Indiens, Dilip et Sanjay, un Espagnol, Oriol, un Autrichien, Mike, deux Américains, Brad, Eric, et un Francais, Antoine. L’idée principale était d être seulement trois, mais nous n avons pas pu résister à quelques demandes au long du chemin… Plus nous étions et plus se serait “challenging”, pourquoi pas? Le départ est fixe au 4 mars, mais nous décollons les 9, les temps de contrôler tout le monde, sur le poids et la pertinence des objets embarqués. L’idée de voler chaque jour n’est pas déplaisante, au contraire, l’idée de voler chaque jour minimum 3 a 4 heures est déjà différente, l’idée d’emporter de quoi se soigner, de bien dormir et de se nourrir pour une période de dix jours minimum, c’est déjà plus compliqué.

L’élaboration de nos sacs, « sellette, maisons », est particulière. Nous utilisons deux types de sellette Sup Air : l’Altirando XP et l’hybrid, toute deux avec cocon. Tout le plus gros du poids est reparti dans le bas de la sellette, à l’intérieur de l’airbag (électricité, nourriture, pharmacie et eau) Dans la poche dorsale, ce sont les vêtements, matelas et sac de couchage, corde de secours et panneaux solaire en guise de protection dorsale….Les instruments de vol et la camera sont devant sous le cockpit… La nourriture est un savant mélange de 3/4kg de calorie sous diverses formes et notamment « DMP » ( Poudre de la Mère de Dilip à base d’épices, de protéines et de graines pouvant être cuisiné a toutes les sauces) plus deux a trois litres d’eau (transport uniquement en bouteille plastic Indienne, qui casse en cas de choc). Mon poids total est de 107 kg pour un PTV maximum de 95 kg ; pesant moi-même 72 kg au départ. La charge devrait diminuer au fur et a mesure de l’avancement vers le sud-est, vers le chaud et vers le relief plus bas et donc vers des conditions moins fortes aussi (je ne ferai que 65 kg a la fin de l’aventure).

 

Jour 1-Nous partons de Bir-Billing pour un aller-retour jusqu’à Dharamsala, notre réel point de départ. Le groupe se divise en deux partie et nous bivouaquons dans la montagne à 20 Km de différence. En tout, Jamais plus de trois jours sans que la totalité de l’équipe ne soit réunie pour la nuit. Parfois les conditions ou les cheminements choisis nous séparent de quelques transitions et certains rejoignent les autres à pied ou bien en vol le lendemain.

Lynn, Graham et Manoj, nos coordonnateurs et web-master ont joué un rôle essentiel grâce a Internet et aux systèmes spot, leur permettant de suivre nos traces en direct et de nous envoyer les coordonnées GPS de celui restait éventuellement derrière.

Si ce n’est la première nuit, nous sommes tous ensemble sur les trois jours suivant, et laissons définitivement Bir-Billing derrière nous, en franchissant notamment la rivière Bias, tout droit vers l’Est. L’accueil dans les villages de l’Himachal est plus que chaud, et il est parfois dur de trouver un peu de solitude.

 

Jour 4-5- Voulant aider Mike, qui s’était pose en catastrophes après un passage très turbulent, et après l’avoir aider à re-décoller, je me retrouve coincé dans une brise de vallée n’offrant pas d’appui pour repartir et contrains de re-atterrir tout en bas, cette fois. Oriol et son bon cœur d’Espagnol fait demi-tour pour rester avec moi. Je le rejoins après deux heures de marche accompagne par une trentaine de gamins. Le reste du groupe poursuit la route une vingtaine de kilomètres plus a l’ouest et ‘topland’ au sommet d’une petite montagne. Le lendemain, accompagne de l’ensemble du village, nous décollons à 3400 m, passons de suite au dessus de l’inversion, a 4400 m, doublons les autres, toujours au décollage, et poussons la journée 87 Km plus loin. L’ensemble de l’équipe se retrouve le soir, accueilli par une famille de népalais au milieu d’une plantation de pomme. Dilip n’a pas passe la grosse transition de la vallée du Spiti. Il se blessera sans gravite le lendemain, en avortant un décollage loupe, l’aventure s’arrête pour lui, en Himachal, 5 jours après notre départ.

 

Règle n 1 / un n’atterrit jamais seul.

 

Jour 8- Après avoir passe Yamunotri (source sacrée de la rivière Yamuna), laissant l’ Himachal Pradesh et les rhododendrons rouges, c est l ‘Uttaranchal qui nous accueille avec ses rhododendrons roses et des conditions très instables. Je prends ma première fermeture massive, c’est un signe, le ciel s’obscurcit et tout va très vite…Ma radio tombe en panne, je m’ approche de Brad, au nuage, et crie «  It ‘s time to land, quick », il acquiesce et démarre une forte spirale pour descendre; je le suis et le reste du groupe nous imite. Au sol, c est déjà fort et nous aurons toutes les difficultés imaginables pour poser. Oriol et moi atterrissons sur une crête, 300 metres plus haut que Mike et Sanjay, eux-mêmes 600 m au-dessus de Brad et Eric. Nous nous rejoignons a’Baliar’, petit village de bergers, a mi-pente. Seulement six personnes restent ici à l’année dont une vieille dame qui nous invite à passer la nuit sous le petit porche (vegetal) de sa maison. À l’intérieur, un buffle, deux vaches, un chien et trois bergers, un feu de cuisine et un espace pour dormir. Dehors un berger montera la garde toute la nuit afin de protéger l’enclos des chèvres de l attaque fréquente des tigres. La nourriture est excellente, dhal, riz, épinards sauvages, et un verre de lait de buffle sucre pour le dessert.  Nous quittons le village au matin avec les pleurs de la vieille dame, qui implore les dieux du ciel de protéger ses enfants. Sanjay, s’etant blesse le poignet en descendant au village, decide de s’arretter la, et poursuis la descente vers la civilisation, et le retour vers le lointain Mumbay.

 

Jour 11- Apres avoir passe la nuit à 3300m dans une petite grotte (notre meilleure nuit), Oriol, Mike et moi repartons en direction de Nanda Devi (7460m). Le jour d’avant, Eric étant un peu bas sur la dernière transition, Brad fait demi tour et reste avec lui. Ils ont la chance d’atterrir près d’une petite ville ou un pilote indien les accueille et les amène sur un décollage le lendemain. Les conditions sont stables, mais on réussit à rester au-dessus de 3000 en serrant le relief. Oriol, choisit une autre ligne et atterrit en bas. Mike et moi atterrissons à 3500 m au pied de Trichul et Nanda Devi sur un sommet rond et herbeux. Brad et Eric arrivent en vol 2 heures plus tard et Oriol, à pied 5 heures plus tard, juste a tant pour un bon bol de DMP soupe.

 

Jour 12,13,14- Nous volons vers le Sud, quittant les hauts-reliefs de l’Uttaranchal pour s’approcher du poste frontière de ’Bambassa’. Après un beau vol de 75 Km en groupe, nous sommes accueillis au camp de Shankar. Une bonne douche froide et un bon lit avec une bonne couette. Lynn, nous a rejoint pour la dernière étape Indienne et les deux jours de route jusqu’au Nepal. (ça va beaucoup plus vite en vol que par la route)

 

Jour 17-18- Deux jours depuis la frontière et toujours pas de décollage en vue, l’Ouest Népal est boisé et peu engageant. Au détour d’un petit col, je crie au chauffeur du taxi collectif de s’arrêter et nous prenons 5 minutes pour inspecter l’endroit et la vue « Ça peut faire » Nous nous préparons sur une petite Crête verticale et Brad décolle premier. Sa voile se comporte bizarrement et sans un virage, il monte 1500 m plus haut, nous annonçant de fortes conditions et du vent à 50 Km venant de l‘Ouest au-dessus de 3000 m. Mike décolle et c’est le contraire, il ne monte pas et il a vraiment du mal a gardé le contrôle. ( Le front d’Ouest est descendu dans la basse couche) Il se repose tant bien que mal 400 mètres plus bas. Nous replions et descendons à pied au plus proche village, un peu déçu par nos premiers jours au Népal. Nous apprendrons 2 jours plus tard, ensemble, que Brad finit cette journée en jetant sa réserve après avoir perdu le contrôle, pousse par une forte brise sous le vent d’une crête, dans d’épais sapins, sans dommages.

Le lendemain, nous décollons pour une vingtaine de kilomètres, pousses encore par un fort vent d’Ouest. Le vent a tourne en bas et Eric ne peut décoller. L’équipe est étalée sur plus d’une cinquantaine de kilomètres autour de le Seti vallée. A­pres 6 heures de bus et 4 heures de marche, Eric décolle 1000 m en dessous et nous cheminons ensemble jusqu’à Brad. Une vallée ventee plus loin, nous arrêtons le vol à 3500 m tous ensemble sur une petite crête entourée de rhododendrons blancs.

 

Jour 19-21- Au pied du Daulaghiri, à 3400m, ayant passe la nuit dans une grotte aménagée en maison, nous attendons des nouvelles d’Oriol. Il n’a pas suivi le jour d’avant ayant des problèmes de radio et choisissant une mauvaise option, il pose bas dans une grosse vallée. Le text de Lynn arrive « Pas de décollage, radio vole, Oriol fait route en bus vers Pokhara » Le surlendemain c’est au tour de Mike qui se coince en fond de vallée dans la brise, il marche 2 jours avant d’atteindre une route. L’aventure s’arrête pour eux a 200 km de Pokara.

 

Règle n 2 / Le plus important en vol de groupe c’est la communication claire et précise avec décisions et cheminements communs.

 

 

Jour 21-24- Nous nous approchons des hauts massifs avec le Daulaghiri et au loin les Annapurnas. Nous volons à près de 80 Km/h et le vent devient de plus en plus fort. Je m’inquiète à la radio et nous décidons de rentrer dans cette vallée en face de nous afin d’atterrir en hauteur. Apres 86 Km, nous nous retrouvons dans les plus fortes conditions que nous ayons rencontres. Je regarde la voile de Brad et Eric, elle est comme la mienne, pas souvent ouverte. Cela devient critique, monter ou descendre ? j’opte pour le top de la montagne et maintien mon aile dans un violent +9,5 (jamais pris aussi fort). Au-dessus d’un sommet herbeux a 3700, dès que je relâche l’accélérateur, je recule. Je crie, une seule chose est importante pour moi, le sol, je veux poser, n’importe comment mais surtout ne plus être dans le ciel. Je me glisse volontairement sous le vent d’un relief rond avec les oreilles, effectivement ça marche, 2,3 énormes frontales massives, mais la voile réagit bien et je parachute sur 15 m avant de’ rouler-bouler’ sur le sol fleurit de la montagne. Je souffle deux minutes, me détache et marche jusqu au bord de la vallée, les autres ne sont plus dans le ciel. Nous communiquons par radio et convenons d’un ‘rendez-vous’ pour le lendemain, ils sont poses « entier » 1200 m plus bas, dans la vallée. Je trouve une petite cabane de berger et m’organise pour la nuit. Le lendemain, ils me rejoignent et l’orage nous bloque pour un jour sous la neige.(Ça tombe bien, on avait plus d’eau). Le vent soufle encore deux jour, pendant lesquels nous marchons vers Dorpatha en testant tout les « dhal bats » de la vallée (repas local a base de ris et de lentilles) , pour enfin trouver un potentiel décollage, a l’est du village.

 

Règle n 3 / La météo en Himalaya est complexe et ce qui peut paraître sain ne l’est pas forcement.

 

Jour 25-26- La premiere journee de vol apres le vent fort nous donne des plafonds allussinant vers 5200 m. Nous parcourons une cinquantaine de kilometres mais le plus gros obstacle est devant: la Kaligandaki (énorme vallée séparant le massif du Daulaghiri et des Anapurnas, réputée ventee). Nous stoppons le vol volontairement afin de profiter des conditions du matin pour le franchissement. Le jour d’après nous passons la vallée tôt et tout au relief, presque en dynamique. Soudain, le premier vrai thermique transperce l’inversion et me propulse à 4810 m, je pense au Mont blanc, et démarre une énorme transition vers Pokhara. j’arrive haut au dessus du lac. La radio chante « Himalayan Odyssey for Lynn Jones, WELCOME GUYS, everybody is waiting for you. ». Brad et Eric cheminent au relief et arrivent peu après.L’euphorie nous gagne et ca restera un de nos meilleurs souvenirs.

Nous partageons la joie du retour à la civilisation avec tout le monde. Le ’buzz ‘ de la ville et une masse d’air très stable nous retiens une bonne semaine, sur place

 

 

Jour 34-38- L’est Népal est tres vert, dumoins, pres des montagnes, et c’est dans des conditions super douces que nous quittons Pokhara ;Les plafonds ne dépassent pas 3400 m et les ascendances 3m/s. La visibilité maximale est de 1 à 2 Km due à la masse d’air humide et aux feux. Les Népalais embrasent les pentes traditionnellement et Personne ne sait trop pourquoi ils font ça, mais c’est une catastrophe au niveau écologique. Nous progressons doucement, devinant chaque transition, c’est une nouvelle difficulté pour nous, de plus il ne faut pas se perdre de vue et voler encore plus serres. Nous bivouaquons le premier jour au pied du Manaslu et il nous faut voler plus au Sud après, pour éviter la zone de l’Everest réputée dangereuse. Les conditions changent, le sol est plus sec et il y a souvent du vent. Au-dessus de la vallée allant au Lang Tang, je me retrouve dans une confluence à 2800m, +1 m/s et seulement 3 km/h face au vent. Les conditions forcissent et nous séparent d’une vallée.

Le lendemain après un bon trek avec Brad, nous sommes sur un décollage à 10 Km d’Eric. C’est le nouvel an Népalais et nous mangeons un succulentchowmein’ dans un petit café tandis qu’il arrive déjà dans le ciel au-dessus de nous. Nous reprenons le vol, et passons Katmandou, au nord. J’appelle en radio car je peux voir l’aéroport, et nous sommes dans l’axe. Brad, me répond que les vols internationaux partent le matin tôt, et donc on devrait être ’ok’. Le relief est plus bas et nous atterrissons au pied d’une petite montagne à 1500 m. Eric arrive au sommet et nous le rejoignons une heure plus tard embarque dans un camion local, apportant des pierres au village dusommet. C’est bon de le retrouver, et nous passons une super soirée en compagnie des locaux.

 

Jour 39-40- Apres avoir répare l’aile de Brad à la couture à l’aide du couturier local, nous nous apprêtons a re-décoller en direction de l’Est.Le plafond est bas et très rapidement le ciel s’obscurcit. Une demi-heure plus tard, c’est déjà limite, et ne pouvant passer un petit col, coince dans un venturi, je suis contraint de me poser en force au milieu d’un village. Brad et Eric atterrissent au sommet d’une crête quelques kilomètres devant. À l’aide d’un local et de sa moto, et surtout du Gps, je parviens à les rejoindre une heure plus tard. Nous sommes accueillis dans une charmante famille et dormons sur le balcon. Le lendemain, même situation et nous sommes contraints d’atterrir très vite avant l‘orage, au sommet d’une crête. Nous regardons la pluie en savourant un « chowmein avec des œufs et un bon café » dans le petit restaurant du village. Le Népal est fantastique, et une fois digère, après la pluie, vers 14 h heure, nous re-décollons pour 20 kilomètres de plus. Brad, a un petit noeud dans les suspentes et atterrit en bas. Je continue avec Eric jusqu’au prochain village. Le lendemain, alors que nous attaquons devant, nous sommes rejoins par Brad, et au même moments, l ‘orage s’énerve et nous devons atterrir en urgence. Le village que nous choisissons, est en fait le village de Babu (Pilote Népalais, champion de kayak, et premier pilote a traverse le Népal en biplace, une semaine devant nous). C’était « bon Karma «  pour nous d’atterrir ici, et les locaux nous accueillent avec les honneurs, étant le deuxième wagon de pilotes faisant halte dans le village après Babu.

 

Jour 42-46- Les conditions se dégradent, et le vent remplace l’ instabilité, Nous passons un jour de plus dans le village de Babu, avant de pouvoir repartir…Nous en profitons pour filmer, visiter l’école et constater les aménagements mis en place par les locaux. Nous nous trouvons seulement a 150 Km de la frontière du Sikkim, trois bon jours devraient suffire, et aujourd’hui, cela semble pas mal. Une fois en l’air, le vent est toujours la et même plus fort a différentes altitudes. Apres , presque 70 kilomètres, en suivant la rivière Sun Kosi, nous sommes, Eric et moi dans une confluence, à 3200m en montée a 1 m/secondes, mais aussi a 5 km/h en marche arrière. Brad nous annonce qu‘il vient de percer l’inversion a 3700 m et qu‘il vient de lire 100 km/h sur son Gps. Il est temps d’ arrêter l’aventure, nous sommes apparemment en retard et les très forts vents de la mousson sont déjà là.

Apres 56 km, je trouve un abri dans une petite vallée et me pose au sommet d’une petite crête. Eric me rejoint et Brad, qui a atterrit en bas, arrive deux heures plus tard à pied.

Nous marchons les deux jour suivant comme le vent ne faiblit pas. Je commence a douter de la suite, il me reste seulement 4 jours avant que le visa Indien ne finisse, et je dois arriver a passer la frontière avant ça ou ma situation peux se compliquer fortement. De plus, je ne crois plus au conditions, nous sommes trop en retard, c’est la mi-avril et la mousson arrive a grand pas du golfe du Benghal. Nous sommes a 80 km du Sikkim et je décide de partir a pied en direction de la crête sud, afin de rejoindre la plaine du Népal et un éventuel bus pour Bagdora, le poste frontière. Brad et Eric décident de rester pour tenter une autre journée…je marche 5 heure et après avoir traverser 400 mètres de nuages, j’arrive dans un autre système météo ou je peux décoller. Le plafond est à 1400 m et le relief a la même hauteur, mais je couvre neamoins une 20 de kilomètre jusqu’à un petit village connecte par la route, c’est la fin du vol pour moi. Un bus part trente minutes plus tard pour une petite ville avant la frontière, ou je passerai la nuit.

La même journée, Brad et Eric marche une dizaine de kilomètres, toujours dans le vent fort. Le lendemain, alors que je quitte le Népal pour l’état du Sikkim en Inde, ils tentent un vol, et ajoutent une vingtaine de kilomètres dans d’horribles conditions, atterrissent définitivement prés de l’aéroport de Bhojpur a une soixantaine de kilomètres de la frontière du Sikkim.

 

Fin de l’himalayan Odyssey- Alors que j’arrive a Delhi, en Avion, Brad et Eric, quitte Bhojpur avec une connexion, pour Katmandou, c’est le 24 Avril 2010, et c’est la fin de notre Odyssey Himalayeene. 46 jours d’expédition dont 26 de pur vol, 7 de pure marche, le reste de passage de frontière et de bon temp a Pokkarha, 1300 kilomètres de l’etat d’Himachal en Inde, a 50 km de la frontière du Pakistan a l ‘état du Sikkim en Inde, après avoir traverse presque la totalité du Népal. Plus grosse distance, 87 km, plus petite 7 km, plaf maxi a 5200m, plus gros dénivelé cumule marche sur un jour 2000m, diversité de gens croise sur le trip….Énormes, quantité de sourires rencontres, des milliers….Souvenirs….Ineffaçables, aventure inoubliable !!!